Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Thomas Day’

Quatrième de couverture :
Nagasaki Oni et Hiroshima Oni, deux chefs de clans yakuzas, deux démons que tout oppose comme les deux faces d’une même pièce, se livrent une lutte fratricide depuis leur naissance en août 1945. Tous les moyens sont bons pour arriver à leurs fins : que ce soit l’Oni No Shi, l’épée mythique, tueuse de démons, les armes automatiques les plus perfectionnées ou la belle Sadako, femme-panthère devenue maîtresse dans l’art de tuer. Deux conceptions du monde s’affrontent et ce combat ne pourra se résoudre que dans la violence et dans le sang. Roman où la lave des sentiments et la mythologie asiatique aiguisent une intrigue implacable, La maison aux fenêtres de papier rend un brillant hommage aux grands films de yakuzas et au cinéma excessif de Quentin Tarantino.

Mon avis :
Une fois n’est pas coutume, voici un billet sur un livre que je n’ai pas vraiment aimé. Je l’ai lu, mais sans plus. Je n’ai tout simplement pas réussi à m’y intéresser. Je ne l’ai fini que parce que j’ai horreur de ne pas savoir la fin de l’histoire.

Pourtant l’idée de départ était originale, mais j’ai trouvé le résultat « plat », avec des détails scabreux dont je me serais bien passée, des personnages qui me font ni chaud ni froid. J’aurais dû me douter que ça ne me plairait pas dès la page de garde, dès le quatrième de couverture en fait, vu que je ne suis pas fan du tout de Tarantino à la base J’ai voulu tenter le coup quand même, tant pis pour moi

J’avais déjà lu La Voie du Sabre du même auteur, et j’avais pas vraiment accroché non plus. Là aussi il s’agissait de rendre hommage à une œuvre connue, en l’occurence la Pierre et le Sabre d’Eiji Yoshikawa, et autant j’avais apprécié l’original, autant l' »hommage », bof bof… Donc je vais sans doute rayer Thomas Day de ma liste personnelle des auteurs à suivre…

Publicités

Read Full Post »