Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Mercedes Lackey’

Synopsis :

Valdemar is once again in peril, threatened by Ancar of Hardorn, who has long sought to seize control of the kingdom by any means at his command. Yet this time Ancar may well achieve his goal, for by harnessing the power of Mornelithe Falconsbane, the Dark Adept, he has set into motion a magical strike against Valdemar the like of which hasn’t been attempted in more than five hundred years- not since Vanyel, the last Herald-Mage, shielded the kingdom from attack by the deadliest of sorceries.
And with Valdemar’s ancient spell-generated protections finally breaking down, Queen Selenay, Herald-Princess Elspeth, and their people could soon be left defenseless against an enemy armed with spells no one in Valdemar has the knowledge to withstand. But as the long dormant magic of Valdemar begins to awaken, Elspeth finds that she too has a mysterious ally – a powerful spirit from the long-forgotten past….

Mon avis :

Ce dernier tome finit la Trilogie des Vents en beauté, dans le plus pur style guimauve de Mercedes Lackey, mais j’aime, j’assume 😉  J’ai eu plaisir à retrouver Elspeth, Darkwind, Firesong, les griffons, et tous les autres aussi en fait dans ce dernier tome de leurs aventures. A lire pour passer un bon moment, en somme.

Et je m’excuse pour le résumé en anglais, je n’ai pas eu le courage de le traduire et je n’ai pas trouvé de résumé en français… Par contre j’ai vu qu’il était en précommande à la Fnac aux éditions Milady (toute la trilogie en fait), publication prévue en août 2010, avis aux amatrices 😉

Read Full Post »

Synopsis :

Récemment orpheline, Maya Witherspoon quitte l’Inde pour se réfugier à Londres. De père anglais et de mère indienne, diplômée de médecine en Inde, elle parvient difficilement à obtenir le droit d’exercer son métier dans la capitale de l’Empire anglais. Mais l’ennemi invisible qu’elle a fui hors d’Inde semble l’avoir suivie, et la cherche…

Mon avis :

Difficile de résumer cet opus de la série Elemental Masters sans trop en divulguer. Le conte duquel il est adapté (de très loin !) n’est pas aussi évident à voir que les précédents, il s’agit de Blanche-Neige. On retrouve effectivement le miroir magique, mais les nains sont bien cachés et la pomme empoisonnée apparaît très tardivement^^ Comme d’habitude, on voit arriver le Prince charmant avec ses gros sabots, mais pour le coup la Princesse est sacrément émancipée pour son époque, surmontant le double handicap d’être une femme et une métis pour exercer dans le domaine quasiment exclusivement masculin et bourgeois de la médecine et de la chirurgie (je précise, l’action se passe en 1907).
Un bon divertissement, dans la plus pure lignée des romans de Mercedes Lackey.

Read Full Post »

Synopsis :

Eté 1914, début de la première guerre mondiale. Le père d’Eleanore, récemment remarié, part se battre dans les Flandres et ne revient pas, laissant sa fille aux mains de la charmante belle-mère Alison et de ses deux adorables filles… De son côté, en 1917, Reginald Phenix, aviateur passionné, est blessé dans un combat aérien et revient pour sa convalescence à la demeure familiale, proche du village où vit Eleanore et sa belle-famille.

Mon avis :

Je suis sûre que le début du synopsis vous a vaguement rappelé quelque chose Effectivement, c’est bien le conte de Cendrillon qui est adapté à la sauce Mercedes Lackey dans ce livre. Et franchement, j’ai trouvé ça très réussi, même si on voit venir gros comme une maison, que dis-je un château, l’arrivée du prince charmant Razz

Un bon divertissement !

Read Full Post »

Synopsis :
Rose Hawkins est une jeune doctorante, dont la spécialité est l’histoire antique et médiévale. A la mort de son père, elle se retrouve sans le sou, dans un monde où une femme sont censées n’être que des épouses et certainement pas aller à l’université, des fois qu’elles soient plus intelligentes que les hommes. Elle n’a d’autre choix que de quitter Chicago pour accepter un poste de gouvernante à San Francisco. Mais arrivée sur place, Rose se rend compte qu’elle a été trompée : il n’y a pas d’enfants à éduquer, mais seulement un riche et excentrique invalide qui a besoin d’une personne pour l’aider dans ses recherches. Rose choisit de rester et s’en accomode fort bien, mais pour un temps seulement. En effet, elle ne peut s’empêcher de remarquer certaines choses étranges dans cette maison : un employeur qui dit ne pas vouloir imposer son horrible apparence après un accident, des serviteurs trop silencieux pour être honnêtes, de bien étranges manuscrits à traduire…
Mon avis :
Une version revisitée de la Belle et la Bête ma foi bien sympathique à lire, la romance n’est pas gnangnan (n’en déplaise à ceux qui comparent les écrits de Mercedes Lackey à du Harlequin version Fantasy, franchement pour avoir lu les deux ça n’a rien à voir!), les éléments de magie sont bien amenés et les personnages attachants. On passe un bon moment, au final Smile

Read Full Post »

Quatrième de couverture :
Elspeth sent passer sur elle les vents du changement. Elle a résisté au complot des chevaux magiques, montures des Hérauts de Valdemar. Elle va enfin étudier la magie avec un véritable adepte : Darkwind.
Ensemble, ils se sont battus pour protéger le territoire secret des Tayledras. Ensemble, ils ont gagné. Ils vont apprendre à se connaître, à s’apprécier, à partager les instants tranquilles et les dangers.
Car autour de leur refuge règne la peur, un ennemi invisible les surveille, essayant de capter les pouvoir des Tayledras.
Leurs amis suivent leur propre chemin. Nyara la Changechild est partie avec Need, l’épée magique. Skif, Héraut et chevalier servant d’Elspeth, est parti la chercher ; par amour ? par désir ? Il ne sait. Les Tayledras s’enferment dans leurs rites magiques.
Bientôt, Elspeth et Darkwind vont reprendre la lutte pour sauver leur îlot de verdure et le monde environnant des périls qui montent. Il vont compter leurs amis, ces gryphons survivants d’un lointain passé, cet adepte aux mœurs particulières venu les aider en dilettante, et quelques autres rassemblés en hâte.
Ensemble, ils vont utiliser leur magie – naissante ou renaissante – contre le mal, contre la mort.

Mon avis :
Encore mieux que le premier, au point que, autant vous le dire tout de suite, je me suis déjà jetée sur la suite! Ce tome-ci est concentré d’une part sur le « sauvetage » de K’sheyna Vale et de sa pierre (j’ai un peu de mal à traduire Heartstone là comme ça), et d’autre part sur Nyara et sa « rédemption » avec l’aide de Need. Avec évidemment la grande question : comment se débarrasser de Falconsbane?

On en apprend davantage dans ce tome sur les personnages, de nouveaux apparaissent, notamment Firesong (l' »adepte aux mœurs particulières venu les aider en dilettante » du résumé Smile) qui vaut le détour.

Read Full Post »

Résumé :

Pour une fois le résumé est de moi, parce que celui du quatrième de couverture non seulement est un vrai spoiler par endroits, mais en plus il raconte des choses fausses dans d’autres… A se demander si le type qui l’a écrit a vraiment lu le livre, m’enfin…

Ivan est un tsar de Rus. Plutôt borné et brutal, il préfère laisser ses huit fils se batailler pour la succession plutôt que de désigner un héritier. Il faut dire que ses fils seraient plutôt du genre à commettre un paricide s’ils avaient un motif suffisant… Sauf Ilya, le plus intelligent, sans arrêt en butte aux mauvaises farces de ses frères. Ses seuls amis sont la responsable de la crémerie, le prêtre et le chaman du château. Le chaman, notamment, lui apprend tout sur le « petit peuple » de Rus. Mais un jour, les cerisiers du tsar sont pillés. Or, ces arbres sont la plus grande fierté d’Ivan, et il est extrêmement jaloux de ses fruits…

Mon avis :
Un joli conte de fées raconté par Mercedes Lackey. Pour une fois, les personnages féeriques sont issus du folklore russe, ce qui change agréablement des elfes et lutins irlandais Smile (bah oui faut changer un peu des fois!) Le résumé comme ça peut laisser rêveur, mais la couverture est si jolie que rien que pour ça il faut acheter le livre Razz Blague à part, ça se laisse bien lire, même si j’ai trouvé que l’auteur s’appesantit trop sur les malheurs d’Ilya au début.

Par contre il n’est pas encore traduit en français, et ça n’a pas l’air à l’ordre du jour pour le moment… On dirait que les éditeurs n’ont pas remarqué le nombre de livres que Mercedes Lackey a publié en dehors des Hérauts de Valdemar^^

PS : Firebird, c’est l’Oiseau de Feu en français.

Read Full Post »

Quatrième de couverture :
Ballottée par les vents du destin, Elspeth, héritière du trône de Valdemar, cherche désespérément un mage capable de s’opposer aux puissances noires qui menacent son pays.
Au centre des terres interdites du clan des K’Sheyna, elle découvre un univers vieux de plusieurs millénaires, jadis contaminé par une catastrophe surnaturelle. Des races étranges issues des légendes, griffons mages, lézards humanoïdes, guerriers mages y luttent contre des monstres assoiffés de sang et de pouvoir, avides de s’emparer de toute magie pour renforcer la leur. Car près des terres des K’Sheyna règne Mornelithe Tuefaucons le bien nommé, immortel enfant du changement, mélange d’homme et de lynx, qui développe sa puissance comme un chancre malsain, guettant la moindre faiblesse des adeptes du clan, se repaissant de plaisir et de sang.
Prise dans cette guerre, Elspeth va devoir trouver sa propre voie, aidée par une femme fauve, altérée génétiquement par Mornelithe et dont elle ne sait si on peut lui faire confiance, par un guerrier k’sheyna qui a renié ses pouvoirs d’adepte mage, et par des puissances surnaturelles déléguées par les Dieux.
Mon avis :
J’ai souvent entendu beaucoup de bien de la série de Hérauts de Valdemar de Mercedes Lackey, et aussi entendu dire que mis à partceux réédités chez Milady, les différents tomes étaient assez difficile à se procurer. Du coup, quand je suis tombée sur les trois tomes de The Mage Winds Trilogy, j’ai sauté dessus. Voici donc Winds of Fate, le premier de la trilogie. Sauf que chronologiquement, dans la série, c’est le 13ème tome. Donc, en toute logique, j’ai dû rater un certain nombre de subtilités. Ce qui ne m’a pas empêchée le moins du monde d’apprécier ce roman Le procédé de narration, qui alterne les histoire d’Elspeth et Skif d’une part, et de Darkwind de l’autre, n’est peut-être pas nouveau, mais il fonctionne très bien sur moi : j’avais tellement envie de savoir ce qui arrivait à chacun qu’à peine un chapitre terminé il fallait que j’entame le suivant Assez dur de lâcher le bouquin avant la fin, donc… Les personnages sont attachants, bien décrits, de même pour l’univers dans lequel ils évoluent. Les peuples des Shina’in et des Tayledras que découvrent Elspeth et Skif sont assez fascinants, et mention spéciale pour Need, l’épée magique à la personnalité assez « spéciale »

Au final, un très bon livre : la preuve, je me suis jetée sur la suite!

Read Full Post »