Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Littérature Jeunesse’ Category

Anne green gables

Quatrième de couverture :

Voici le plus grand classique canadien-anglais de tous les temps, vendu à plus de 60 millions d’exemplaires, traduit en 40 langues et adapté plusieurs fois pour le cinéma et la télévision. L’histoire de cette petite orpheline de l’Île du Prince Edouard a véritablement envoûté les jeunes et les moins jeunes!

Sur le quai de la gare, Marilla et Matthew Cuthbert attendent l’orphelin qui les aidera sur leur ferme. C’est une rouquine aux yeux pétillants qui se présente… Jouir de la magie des mots, rire de ses propres défauts, s’émerveiller face à la nature, découvrir un coin de pays pittoresque, voilà ce qui nous attend dans ce roman inoubliable.

Mon avis :

J’ai été absolument conquise par ce roman, et par Anne « avec un e », sa petite héroïne. J’ai adoré sa manière de vivre les choses avec autant d’intensité, son imagination débordante (ne serait-ce que pour nommer les lieux et les choses, le vallon aux violettes, la source des fées, le pommier baptisé Reine des Neiges…), la passion qu’elle met dans tout ce qu’elle entreprend… Les autres personnages ne sont pas en reste : Diana, l’amie de coeur, Matthew si timide qui se laisse conquérir par Anne, Marilla, pas si insensible qu’elle veut bien le faire croire… Et Avonlea, le petit village qui est presque un personnage à lui tout seul. Les descriptions qu’en fait Lucy Maud Montgomery sont vraiment idylliques, c’est un petit coin de paradis sur l’Île du Prince Edouard, qui fait désormais partie des lieux que je rêve de visiter un jour 😉 Vous l’aurez compris, ce roman est un pour moi un vrai coup de coeur, que je ne peux que recommander chaudement à tout le monde, petits et grands !

Publicités

Read Full Post »

Quatrième de couverture :

Willa Ayre s’est classée dans la catégorie des filles que les garçons ne voient jamais, des insignifiantes, des petits chats caustiques mais frileux. Iago, lui, attire tous les regards. Il est le garçon dont rêvent toutes les filles du lycée. Dès la rentrée, Iago pose les yeux sur Willa et la choisit. Mais à une fête, Willa rencontre le bizarre et ténébreux Edern. Dès lors, sa vie prend une tournure étrange. De la grande maison obscure cachée au fond de l’impasse, la jeune fille doit découvrir les secrets, sonder son coeur, et faire un choix…

Mon avis :

De la littérature jeunesse, avec une couverture rose flashy et classé dans la catégorie amour, c’est un livre que je n’aurais jamais ouvert si je n’en avais entendu le plus grand bien chez Whoopsy Daisy. Mais au vu de tous ces avis enthousiastes, je me suis lancée… et je ne le regrette pas. J’ai été un peu déstabilisée par le langage employé (tous ces mots anglais un peu partout, ça m’a fait bizarre, même si moi aussi ça m’arrive d’en sortir dans la conversation), mais une fois habituée, j’ai pu apprécier pleinement la lecture.

On suit donc Wilhelmina, surnommée Willa, une adolescente comme les autres, ou presque. Parce que Willa a quand même des parents assez barrés, entre sa mère qui travaille dans le monde des « Miss » et son père obscur artiste dont les œuvres portent des noms plus déjantés les uns que les autres! Et avoir une meilleure amie richissime, ce n’est pas de tout repos non plus… Enfin, Willa a une vie tout à fait normale (à ces exceptions près) jusqu’au jour où elle rencontre Edern. Et lorsque Edern lui propose de venir jouer du saxophone avec sa sœur, Willa va pénétrer dans une famille pour le moins bizarre…

J’ai beaucoup aimé l’atmosphère de ce roman, Paris dans la brume ou sous la neige, le chocolat chaud « avec des vrais carrés dedans », les allures un peu gothiques de la famille d’Edern, les trouvailles langagières de sa petite sœur Marni… Chaque soir à 11 heures est à la fois une histoire d’amour et un roman policier, le tout sur fond d’atmosphère parfois fantastique. On tourne les pages sans y penser, et voilà qu’on arrive déjà à la fin, et qu’on ferme ce livre à regret…

Read Full Post »

Quatrième de couverture :

Encore apprentie marchombre, Ellana est chargée par Jilano, son maître, d’une mission à haut risque : escorter une caravane au chargement précieux et mystérieux. Mais au fi l de ses rencontres, Ellana peine à identifi er ses véritables ennemis, la voie tend à se dérober devant elle et les choix qui engagent sa loyauté et ses sentiments se révèlent périlleux…

Le Pacte des Marchombres invite le lecteur à pénétrer dans les arcanes d’une guilde aux pouvoirs extraordinaires, et à suivre le destin d’Ellana Caldin, héroïne prodigieuse par sa psychologie, ses exploits physiques et son insatiable goût de la liberté.

Mon avis :

Ce second tome se dévore tout aussi bien que le premier. Quelques années ont passé. On retrouve une Ellana plus mature, moins caractérielle. Rien de bien neuf dans le paysage de la fantasy au niveau de l’histoire, mais ça se lit tout de même avec plaisir, la plume de Bottero aidant. J’ai notamment beaucoup apprécié les « poèmes » Marchombres insérés ça et là, ils collent parfaitement à l’univers décrit et leur philosophie d’être « dans l’instant » me plaît bien. Seul bémol (si on peut dire) : apparemment il me faut lire Ewilan pour bien comprendre le troisième tome du pacte des Marchombres et ne pas me spoiler les deux autres trilogies de Bottero… (ou comment justifier l’achat inconsidéré de six livres supplémentaires quand on sait le nombre qui m’attend déjà !)

Ils en ont parlé :

If is Dead

Read Full Post »

Quatrième de couverture :

Les lecteurs des deux trilogies d’Ewilan reconnaîtront dans ce cycle un personnage qu’ils ont déjà croisé. Mais nul besoin d’être familier des six livres pour apprécier pleinement ce nouveau cycle. Après un drame dont elle sortira seule vivante, Ellana, livrée à elle-même, est recueillie par les Petits, peuple sylvestre habitant la Forêt Maison. Elle vivra parmi eux, inconsciente, oubliant son passé jusqu’au jour où elle comprendra qu’elle n’appartient pas à ce monde. Une rencontre lui permettra de devenir l’élève de la mystérieuse guilde des Marchombres, sous l’égide du grand maître Jilano Alhuïn.

Pierre Bottero, à travers l’apprentissage de la jeune héroïne, nous fait découvrir les pouvoirs des Marchombres, combattants solitaires et poètes de l’écriture, épris de liberté, qui tendent à être en harmonie complète avec le monde. Petit à petit, Ellana avance sur la voie de l’harmonie, alors qu’un destin mouvementé l’attend.

Mon avis :

Originellement publiée dans une collection jeunesse, la trilogie du pacte des Marchombres vient d’être rééditée. Et se trouvait dans les rayons juste à côté d’un livre que je cherchais. Me voici donc embarquée dans une trilogie dont je ne connaissais rien, si ce n’est le nom de l’auteur. Heureusement pour moi, ce fut une bonne surprise 😉 Ellana est une héroïne très plaisante à suivre. Elle excelle en tout, elle vit des aventures palpitantes, elle a un don et une formation hors du commun, bref Ellana est exactement comme on rêverait de l’être à son âge. Ça peut en agacer certains, d’avoir une héroïne trop parfaite, mais moi ça ne m’a pas gênée du tout, c’est bien de rêver parfois^^ Ce premier tome est un excellent divertissement, il se lit très vite et très facilement, et il ne reste qu’à enchaîner sur le deuxième tome !

Ils en ont parlé :

If is dead

Read Full Post »